Des prix qui varient selon votre adresse

Cela fait plusieurs mois que l’on entend parler de cette nouvelle tendance de fixation des prix en fonction du comportement des usagers. Les premiers ciblés furent les compagnies aériennes et bien-sûr les voyagistes, qui ont introduit des algorithmes dans leur site, visant à augmenter les prix affichés lorsqu’un internaute fait une seconde, puis une troisième rechercher sur un même billet, cela afin de donner l’impression qu’il faut acheter très rapidement car les prix augmentent.

Le Wall Street Journal vient de publier un article très intéressant sur une nouvelle façon de modifier les prix en fonction de l’usager:

Staples, vendeur de fournitures et matériels de bureau, modifie en effet ses prix en fonction de votre localisation géographique. Quartiers riches contre quartiers pauvres ? Pas du tout, l’approche est bien plus élaborée: les prix varient selon votre proximité des magasins de la concurrence.

Donc, si vous n’avez pas de moyen simple d’acheter ailleurs, Staples va augmenter les prix. Si vous avez plusieurs alternatives, Staples va faire des efforts pour vous satisfaire.

Ça parait très discriminatoire, cependant, n’est-ce pas là la plus simple application de la loi de l’offre et de la demande ?

Liens pour les anglophiles: Article du WSJ

Bonne journée !

Magnifique et saisissant

La 3D (ou “Animation en trois dimensions”), vous connaissez ça depuis très longtemps. Vous vous souvenez bien sûr des vieux (eh oui, assez vieux, en fait) Toy Story (1995) ou Fourmiz (1996) ou encore, bien plus tôt, de Tron (1982).

Aussi excellemment réalisés fussent-ils, les films d’animation 3D ont toujours cet aspect légèrement irréel, ce côté cartoon qui permet au spectateur de se rendre compte qu’il ne s’agit pas de la réalité, mais bien d’un forme (nouvelle, certes) de dessin animé.

Cependant, la technologie ne cessant d’évoluer, et la puissance de calcul informatique étant de plus en plus accessible, les animations 3D sont de plus en plus réalistes.

Pour vous le prouver, je vous invite tous à prendre quelques minutes de votre temps pour admirer ce sublime travail signé Alex Roman. Croyez-moi, il vous faudra de gros efforts pour accepter l’idée que rien de ce que vous allez voir n’a été photographié ou filmé; tout – absolument tout – ce que contient cette animation a été créé par ordinateur. Et c’est époustouflant.

The Third & The Seventh

Personnellement, en plus du pur émerveillement que suscite chez moi cette réalisation, le film d’Alex Roman me confirme avec force que

  • nous sommes d’ores et déjà dans une ère où il est possible créer de toutes pièces une séquence vidéo parfaitement crédible, indiscernable d’une séquence véritablement filmée. Le concept de “vidéo = preuve de réalité” sera donc très bientôt à ranger dans les souvenirs. Et je dis “très bientôt” car les efforts et le talent pour réaliser de telles séquences sont encore rares;
  • si vous faites quelque chose d’extraordinaire, le monde entier parlera de vous et souhaitera vous engager. Donc, comme dirait le bon vieux Steve (Jobs), on n’a pas le temps de faire grand chose dans la vie, alors autant s’assurer que tout ce que l’on fait est exceptionnel
  • enfin (et je crois que Steve serait parfaitement d’accord là-dessus), allier l’excellence technique à la perfection du design crée à chaque fois une synergie très puissante. Ne négligez donc jamais les aspects visuels lorsque vous concevez vos produits.

Bonne journée à tous.

Pat.

Les “majors” canadiennes poursuivies par les artistes pour violation du Copyright

Ainsi que le rapport l’excellent Arstechnica (Artists’ lawsuit: major record labels are the real pirates), les majors canadiennes (Sony BMG, Warner, EMI et Universal) font l’objet d’un recours collectif de la part des artistes canadiens, et la liste des artistes inscrits s’allonge tous les jours. Explication…

Dans les années 80, la loi sur le copyright a changé au Canada, passant d’une logique d’accord global pour l’utilisation de la musique d’un artiste à une logique d’accord spécifique pour chaque utilisation faite de ladite musique. En résumé, le changement dans la loi impliquait qu’il n’était plus possible pour une Major de disposer de facto de toutes les créations d’un artiste sous contrat, mais qu’elle devait désormais signer une entente avec l’artiste à chaque fois qu’elle voulait faire une nouvelle utilisation d’une oeuvre.

Pour éviter d’avoir à gérer tout à coup une multiplicité d’accords avec leurs artistes, les majors ont alors créé le concept de liste d’attente. Ainsi, à chaque fois qu’une maison de disque souhaitait créer -par exemple- une compilation avec les chansons d’un artiste, elle mettait cette utilisation dans une liste d’attente (en anglais “pending list“), lançait la production de la compilation, puis … s’engageait à dûment rétribuer l’artiste sur les ventes de ladite compilation. Le problème, c’est que depuis 1980, les droits sur les utilisations faisant partie de la pending list n’ont jamais été payés, officiellement pour des raisons de complexité de gestion…

En octobre 2008, date à laquelle a été lancé le recours collectif (class action), la pending list avait atteint le nombre incroyable de 300,000 utilisations d’oeuvres pour lesquelles les artistes n’ont jamais reçu de rémunération.

De l’aveu même des majors, la totalité des droits non payés représente environ 50 millions de dollars, que les majors ont l’intention de payer aux ayant-droit. Mais les artistes ne voient pas du tout cela du même oeil. En effet, exaspérés par l’attitude totalement hypocrite des majors quant au piratage, qui ont en quelques années transformé leur modèle d’affaires en véritable industrie de la poursuite contre les utilisateurs d’Internet, les ayants droits ont exprimé leur intention de réclamer aux majors le même traitement que celui qu’elles font subir depuis quelques années aux particuliers coupables de téléchargement illégal, soit une amende de 20,000$ par utilisation frauduleuse… Avec une liste de 300.000 utilisations non autorisées, on parle d’une amende maximale de 6 milliards de dollars.

Jouissif, non?

Les filtres anti-spam de gmail sont en panne ce matin

Gmail, la célèbre messagerie email de Google, est d’habitude très efficace dans sa lutte contre les courriels non sollicités (SPAM). Mais depuis hier soir, il semblerait que les filtres anti-spam se soient arrêtés, ou qu’un spammeur ait trouvé une nouvelle technique pour passer outre les filtres…

Comment je sais ça?

Certes, il y a bien ces 22 messages publicitaires qui sont arrivés dans la boite depuis hier soir 23h, mais surtout, il y a le merveilleusement inutile Twitter.com; cet outil qui ne sert à rien, et qui est pourtant si parfait pour faire des recherches à propos de ce qui se passe en ce moment (comprenez… immédiatement, à l’instant où vous faites votre recherche).

Ainsi, voici le résultat de ma recherche pour “gmail spam” sur Twitter ce matin: on dirait que je ne suis pas seul à avoir ce problème de Spam avec Gmail…

Screen shot 2009-12-05 at 10.55.17

Donc, en résumé, deux choses:

1) ne vous inquiétez pas, cela ne vient pas de vous, et Google va bientôt corriger le problème, comptez sur eux

2) si vous souhaitez savoir ce qui se passe à cet instant concernant n’importe quel sujet, utilisez Twitter.com.

Google lance un serveur DNS ouvert à tous, et c’est énorme.

Aujourd’hui, Google a lancé un service de DNS ouvert à tous. Ça n’a l’air de rien, mais croyez-moi, c’est un geste colossal vers un contrôle beaucoup plus accru de l’Internet (et pas seulement du Web) par Google, et voici pourquoi…

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un DNS ?

De son vrai nom Domain Name System, le DNS est le système permettant de faire la correspondance entre les noms de domaines (ex: nomdedomaine.com) et les adresses IP des serveurs, qui sont des suites de 4 nombres de trois chiffres entre 000 et 255. Les noms de domaines existent car il est beaucoup plus facile de se souvenir d’une adresse telle que “google.com” que de son adresse IP (66.102.7.103). Les serveurs DNS sont donc les véritables aiguilleurs des communications par Internet.

Jusqu’à aujourd’hui, les DNS étaient en général fournis par les fournisseurs d’accès Internet. Ainsi, lorsque vous vous connectiez à Internet via le fournisseur LAMBDA, vous utilisiez leur serveur DNS pour faire la correspondance entre les noms de domaine et les adresses IP des serveurs.

En lançant un service de DNS plus puissant, plus rapide, plus fiable, plus surveillé et plus sécuritaire, comme que le souligne avec raison Google, le géant américain espère convaincre rapidement la majorité des utilisateurs de l’internet à utiliser leurs serveurs DNS (dont les coordonnées 8.8.8.8 et 8.8.4.4 sont si simples à se rappeler!).

Ce qui est énorme dans cette stratégie, c’est qu’en fournissant ce service, Google va tout à coup être en mesure de suivre chaque requête faite sur Internet par les internautes utilisant leur DNS. Vous avez bien lu: à chaque fois qu’un utilisateur va taper une adresse Internet, cliquer sur un lien dans une page Web ou se connecter à un service de messagerie, Google le saura, même si vous n’avez fait aucune requête sur leur moteur de recherche.

Et puisque la quasi-totalité des internautes utilisent d’une façon ou d’une autre Google en s’y connectant, Google est donc capable de faire le lien entre l’internaute lui-même (et son adresse de courriel s’il est un utilisateur de gmail, ou son compte en banque s’il fait de la publicité sur Google Adsense) et les sites qu’il visite.

Si vous pensiez que Google en savait trop sur vous, sachez que ce n’était rien par rapport à ce qu’il saura si vous utilisez leur serveur DNS, plus beau, plus grand, plus fort, et plus curieux que les autres!

À bientôt!

Un pas de plus vers la responsabilisation des sites 2.0

eBay vient d’être condamnée à 2,5 millions de dollars d’amende par le tribunal de commerce de Paris, pour n’avoir “pas mis en oeuvre les moyens necessaires pour éviter la vente de produits contrefaits des marques de LVMH. Cette amende fait suite à une condamnation, l’an dernier, de 61 millions, et vient sanctionner le fait que les exigences du jugement de l’an dernier n’ont pas été respectées par eBay.

D’un point de vue technique, les arguments de e-bay sont tout de même respectables:

  • LVMH a pu produire un total de 1341 annonces, alors que le site reçoit 200 millions d’annonces nouvelles par jour
  • sur les 1341 annonces, 1091 concernaient des annonces dans lesquelles les produits étaient intentionnellement mal orthographiés et/ou contenaient des descriptions visant à passer au travers des filtres.

Il y aura bien sûr appel… mais cette décision montre bien l’évolution du concept de responsabilité des hébergeurs de contenus. On comprenait que Youtube ne pouvait continuer à permettre la diffusion à la demande de contenu sans l’accord des ayant-droit. On peut à la limite comprendre que eBay doive surveiller ce qui se transige sur leur site, mais si ça continue comme ça, Facebook risquera bientôt d’être condamnée pour diffamation lorsque la femme d’un ancien chef de parti politique se videra le coeur sur sa page “privée” de facebook

TinyGrab, tout simplement parfait

Tinygrab est typiquement l’outil que vous rêveriez avoir inventé: comment se fait-il que les ordinateurs n’aient pas cette fonctionnalité depuis toujours?

J’ai l’air un peu trop enthousiaste, mais croyez-moi, vous le serez également après avoir vu l’outil pour les copies d’écran…

Voici donc les infos:

Qu’est-ce que ça fait ? :

Vous voulez faire une copie d’écran (partielle ou complète) pour l’envoyer a Dupont (ou Durand) à partir de votre Mac ou votre PC. Vous faites comme d’habitude (par exemple CTRL + 4) pour la copie d’écran, et c’est là que la magie opère: TinyGrab la téléverse (vous savez… le nouveau mot à la mode pour “l’uploade”) automatiquement sur le Web, lui crée un url court (genre http://grab.by/QYV), et copie de cet url dans votre tampon. Vous n’avez plus qu’à faire “CTRL+V” dans votre message à votre ami, et il pourra accéder directement à l’image.

Et pourquoi c’est si Génial? :

En fait, je connaissais déjà pas mal d’outil qui faisaient en un seul clic (ou un seul raccourci) plusieurs choses à la fois. TinyGrab repousse bien plus loin la prouesse. En effet, toutes ces étapes (rien que l’upload d’une copie d’écran nécessite en général d’afficher le bureau, de changer le nom de l’image pour enlever les espaces, de lancer le client ftp, de se connecter, de trouver le bon répertoire, et de faire un drag and drop) ne sont pas faites en un seul clic, elles sont faites en ZÉRO clic! Vous faites votre copie d’écran comme d’habitude, et hop! tout est déjà arrangé pour vous.. vous pouvez coller l’url de l’image pour la partager.

Alors, jetez-vous dessus…  C’est pas cher (Gratoss ou 10 Livres Sterling pour la version complete, ce qui est un peu comme 3 euros maintenant, non?), ça marche pour PC et pour Mac, et je ne vous parle pas des nombreuses autres fonctionnalités incluses dans la version payant (sauvegarde de toutes vos copies d’écran, possibilité de choisir votre propre serveur ftp pour les téléversements, création d’url “hash” pour plus de sécurité, etc…

A bientôt

Les américains passent la moitié de leur temps libre sur Internet

Selon un rapport publié hier par la société Media-Screen, les internautes américains connectés à l’Internet Haute Vitesse passent en moyenne, chaque jour de semaine, une heure et quarante minutes (soit 48% de leur temps libre) sur Internet. Plus de la moitié de cette durée est liée à des activités de loisirs ou de communications (chat, email, etc.).
Continue reading

Feedburner, résultats IAB et autres stats

Alors pour y aller dans l’ordre dit… aléatoire, commençons tout d’abord par cette nouvelle de fin de journée trouvée sur TechCrunch:

Google acquiert FeedBurner pour 100 millions de dollars Cash. Cette nouvelle financièrement mineure vient malgré tout confirmer la consécration du RSS (Really Simple Syndication) parmi les principaux moyens d’accès à l’information. Pour ceux qui ne connaissent pas Feedburner (feedburner.com), ce site permet d’offrir un peu plus d’interactivité, de souplesse et de capacité de suivi statistique à la fonction RSS. En remplaçant votre lien RSS par un lien RSS pour votre site fourni par Feedburner, vous pouvez désormais savoir combien de gens sont abonnés à votre feed RSS, combien visitent effectivement votre site, quels sont les articles qui remportent le plus de succès, etc. Par ailleurs, Feedburner vous permet de faire la promotion de votre feed dans la blogosphère. Une petite visite sur le site de Feedburner (en anglais seulement) vous permettra de tout savoir sur le sujet.

Fondée en 2003, Feedburner avait été financée à hauteur de 10 millions par deux capital risqueurs… plutôt bien inspirés!

À part ça, l’IAB (Internet Advertising Bureau – autorité mondiale en terme de publicité sur Internet) publie aujourd’hui les résultats de son étude sur les dépenses publicitaires 2006, et nous apprend que le marché américain de la publicité en ligne a augmenté de 35% entre 2005 et 2006. Bien que cette nouvelle soit excellente pour l’industrie, Sheryl Draizen, porte-parole de l’IAB, rappelle malgré tout que cela reste ridiculement bas comparé au temps relatif d’exposition aux différents médias. En effet, la publicité en ligne a représenté 17 milliards l’an dernier, contre 58 milliards pour le publipostage (vous savez, les 8 secondes que vous passez chaque jour en face des enveloppes publicitaires que vous balancez directement au recyclage…. c’est 58 milliards aux USA par an!) et 51.2 pour les journaux imprimés…. Bref….

Pour ceux que ça intéresse, voici quelques détails:

  • 40% des dépenses furent dans les moteurs de recherches
  • 32% dans les bannières (rich media ou non)
  • 69% des revenus furent dépensés sur les 10 plus gros sites
  • 93% des revenus sont dépensés sur les 50 plus gros sites
  • Enfin, l’affichage en CPM (coût par mille impressions) a représenté 48% des dépenses, tout juste devant le pay per action (principalement pay-per-clic) à 47%. Et croyez moi, c’est bien la dernière année que le CPM est en tête!

Bon. À part ça, quelques chiffres que j’ai appris aujourd’hui:

Actuellement, chaque jour:

  • 230 000 blogs sont créés
  • 65.000 vidéos sont ajoutées sur YouTube
  • 100 milliards de clics sont faits sur le Web (intéressant ça!)
  • 125 millions de recherches sont faites sur Google… contre 50 millions chez Yahoo!… et un maigre 20 millions chez Microsoft / MSN / Live…

À très bientôt!

Le Web et les nouvelles technos, expliqués simplement, un peu chaque jour